ville de Québec

L’Invité : du bon théâtre tout court

Théâtre d’été ou théâtre en été, peu importe l’étiquette qu’on lui accole, la pièce L’Invité qui tient l’affiche au Théâtre Petit Champlain jusqu’au 6 août 2022 remplit ses promesses, celles de nous distraire, de nous égayer et de nous faire passer un fort agréable moment. Dans un décor d’appartement typique du genre avec ses fauteuils dépareillés, ses reproductions de tableaux de maître sans unité de goût, ses babouches dans la bibliothèque, ses livres achetés en vrac au rabais, son train électrique qui parcourt tout l’espace d’habitation et ses meubles recouverts d’une pellicule de plastique, on comprend que les occupants ne brilleront pas par leur finesse et leur perspicacité.

Carrefour 2022 : Contes et légendes – Humains et humanoïdes en construction

Cinquième spectacle de Joël Pommerat à être présenté au Carrefour international de théâtre de Québec, Contes et légendes, une production de la Compagnie Louis Brouillard (Paris), est un objet théâtral tout à fait fascinant qui oscille sur le fragile équilibre entre la réalité et l’étrangeté à travers des scènes où des jeunes développent des liens affectifs plus stables et plus harmonieux avec des robots plutôt qu’avec leurs pairs ou leurs propres parents. Dans cette œuvre extrêmement bien rodée, l’auteur et metteur en scène explore le monde de l’enfance et de l’adolescence à travers plusieurs tableaux qui attirent l’attention sur les relations sociales et familiales, sur l’apprentissage et la construction de l’identité ainsi que sur les rapports entre la féminité et la masculinité.

Carrefour 2022 : L’heure bleue – Frayeurs à la brunante

D’abord présentée aux Chantiers / constructions artistiques il y a de cela six ans, L’heure bleue est une adaptation québécoise contemporaine de Hamlet de Shakespeare, produite par La Brute qui pleure et La Vierge folle. Les coauteurs de l’œuvre, David Bouchard et Maxime Robin, convient le public à une expérience théâtrale en plein air, à la lisière d’un bois, au crépuscule. Ce contexte original amplifie l’ambiance d’horreur et de fantastique recherchés par les créateurs ; la pénombre de la brunante, l’ombre des branches d’arbres, le bruit du vent dans les feuilles et le chant strident des grillons contribuent à l’atmosphère de peur imaginée pour la pièce.

Carrefour 2022 : Le virus et la proie – un réquisitoire à quatre voix

La différence entre attraper une proie et contracter un virus est de taille. La proie est victime, le virus est prédateur. Passer de l’une à l’autre, inverser les rôles, pour avoir enfin une chance d’atteindre l’inatteignable, de toucher l’intouchable, d’accéder à l’inaccessible, est le souhait d’Étienne Lou, un des quatre protagonistes de la pièce Le virus et la proie. Le texte de ce violent réquisitoire contre le pouvoir, la politique et l’incommunicabilité est également porté avec beaucoup de conviction par Tania Kontoyanni, Ève Pressault et Alexis Martin.

Carrefour 2022 : I/O – Réflexions technoavisées pour sortir de la dystopie

Présentée à la salle Méduse du 31 mai au 2 juin dans le cadre du Carrefour international de théâtre 2022, la pièce I/O nous invite à un espace de réflexion intimiste sur le techno-utopisme, spécialement dans le contexte de la COVID-19 et de l’urgence climatique. La compagnie de théâtre Post-Humains poursuit son exploration des questions éthiques qu’elle a soulevées en 2017 avec sa production théâtrale du même nom, qui portait sur le mouvement cyborg et le transhumanisme. Dans I/O, l’autrice et co-metteuse en scène Dominique Leclerc incite le public à (re)penser la finitude de l’espèce humaine, le vieillissement, la maladie et la mort, à la lumière des avancées technologiques et des écoles de pensée posthumanistes.

Carrefour 2022 : Désobéir – Le courage de s’affirmer

Le Carrefour international de théâtre de Québec débute, après deux années de pandémie, par un spectacle de la compagnie française Les Cambrioleurs, sise à Brest en Bretagne. Désobéir met en scène quatre jeunes femmes flamboyantes, issues de l’immigration, qui viennent parler sans fausse pudeur de leurs droits, de leurs envies, de leur résistance et de leur émancipation. Orchestrée par Julie Berès, qui a conçu et réalisé ce projet, la production qui flirte avec le témoignage, le plaidoyer et l’humour est articulée comme une ode à quatre voix dans laquelle les références historiques et culturelles sont déconstruites au plus grand bonheur du public.

Rolande Roland : trouver à quoi on rime

Avant d’accueillir l’édition 2022 du Scriptarium et le très doux Sur la grève, le Théâtre jeunesse Les Gros Becs offre à son jeune public une dernière création originale en cette fin de saison 2021-2022, soit Rolande Roland, du Théâtre du Gros Mécano.

Un ennemi du peuple : entre perfidie et authenticité

Dans une petite ville de Norvège, la docteure Katherine Stockmann (Ève Landry) découvre que les eaux qui alimentent la station thermale qu’elle dirige sont contaminées par une importante quantité de bactéries nocives pour la santé. Elle décide sans attendre et à l’encontre des recommandations de son frère, Peter
(Jean-Sébastien Ouellette), à la fois maire de la municipalité et président du conseil d’administration des bains, de publier l’étude qui en fait la démonstration. Cette décision, qui ébranle le fragile équilibre politique et économique de la communauté, enclenche une réaction systémique qui évolue en une vertigineuse escalade entre hypocrisie et vérité, pouvoir et patriotisme. D’emblée populaire et adulée, Katherine va progressivement perdre tous ses appuis et devenir l’ennemie publique de la localité.

L’Écrit : comme une ode initiatique

En montant à bord de l’autobus jaune de l’Ubus Théâtre pour assister à une représentation de L’Écrit, le temps s’arrête. Dans ce cocon feutré et intime, le public est convié corps et âme à écouter une fable marionnettique d’une infinie tendresse. Les interprètes de la production, Agnès Zacharie et Pierre Robitaille, y accueillent leurs hôtes en toute quiétude, créant des vibrations propices un état idéal de réceptivité. L’ensemble de l’espace scénographique — décor, musique et lumière —, concocté par Vano Hotton, Pierre Robitaille, Pascal Robitaille et Henri Louis Chalem, prête au recueillement et à la concentration. Avec L’Écrit, l’expérience théâtrale est totale, le spectateur étant d’emblée aspiré dans cet univers fusionnel.

Cadeau : ce qui me reste de toi – Des mots présents

Les mots sont des objets, des parcours, des pensées, des émotions, des souvenirs… Ce sont des cadeaux précieux qui permettent de nommer et de comprendre le monde, de nourrir l’esprit, de communiquer, d’organiser la vie. Marcelle Dubois, autrice de la pièce, Cadeau : ce qui me reste de toi et directrice artistique du Festival du Jamais lu qui se consacre notamment à la promotion et à la diffusion de diverses pratiques d’écriture, ainsi que Véronique Côté, metteuse en scène qui se plaît à marier théâtre et littérature, sont des amoureuses de la langue. Et cet attachement inconditionnel au langage et à la parole exulte dans l’œuvre dramatique et scénique qu’elles ont créée expressément pour les enfants.