Je suis mixte : un drôle de n’importe quoi

Je suis mixte est d’abord l’histoire de François (Benoît Mauffette), propriétaire d’une entreprise de nettoyage de Drummondville, qui a une révélation soudaine sur le (non) sens de sa vie lors d’un voyage d’affaires à Berlin. La chaleur du sauna et l’effervescence des pistes de danse provoquent chez lui un conflit intérieur où s’entrechoquent tradition et désir d’une vie euphorisante. C’est aussi l’histoire de son oncle (Yves Jacques) qui rejoint son neveu loin du quotidien maison-travail-Costco afin d’assumer son homosexualité en toute liberté. Les deux comparses partagent leur histoire au public dans une performance artistique décousue, aux côtés de The Ghost, un musicien flegmatique à l’accent germanique (Navet Confit).

Pas perdus : Un objet de beauté

Pendant cette douloureusement longue période où l’on a été privé de théâtre, et même de contact humain, nous avons collectivement pris conscience d’une profonde absence de connexion; une connexion qu’aucune émission de télévision ni captation ne pourra jamais faire vivre aussi intensément qu’une production théâtrale comme Pas perdus, troisième documentaire scénique d’Anaïs Barbeau-Lavalette et d’Émile Proulx-Cloutier, après Vrais mondes et Pôle Sud.

Les Murailles : À la rencontre du père

Une femme, jeune mère, urbaine, s’envole la tête remplie de questions et de doutes vers le nord de la Côte-Nord, vers La Romaine et ses grands chantiers, à la rencontre d’un père qu’elle a peu vu, un père qui, quand il revenait auprès de sa famille, lui apparaissait comme un étranger.

UTEI – Récit d’un survivant : Briller comme l’étoile du matin

Pendant des décennies, de la fin des années 1800 jusqu’en 1996, quand le dernier pensionnat autochtone a fermé au pays, nous avons collectivement refusé d’entendre les témoignages des survivants. Pendant des années, des membres des Premières Nations ont souffert, en intériorisant la violence contre leur peuple, leur culture, leur identité et même leur humanité ; jusqu’à il n’y a pas si longtemps, leurs histoires nous paraissaient lointaines, sans visages et sans noms. Mais depuis quelque temps, un changement s’opère, on s’indigne de plus en plus des mauvais traitements subis, on se scandalise de la découverte de tombes d’enfants, disparus, mais jamais oubliés par leur famille à qui ils avaient été enlevés.

Run de lait : un parcours qui abreuve l’esprit

Pour avoir du lait, il faut traire la vache. En soi, le procédé est assez simple. Mais quand vient le temps de monnayer ce lait, de le transformer, de le commercialiser et de légiférer sur la gestion de l’offre, les choses se complexifient grandement. Run de lait, une coproduction de la compagnie VA arts vivants et du Théâtre du Trident en collaboration avec six diffuseurs de Montréal, Saint-Jérôme, Valleyfield, Alma et Longueuil, est un spectacle qui aborde avec humour et conviction le rôle des différents acteurs de cette importante institution agricole. Il en dissèque le fonctionnement et met en relief ses mécanismes de contrôle.

That moment – Le pays des cons : L’humour moldave à l’assaut de la corruption

Alors que pleuvaient les bombes et les tirs d’artillerie russes sur le territoire et les citoyens terrés de l’Ukraine, il y avait quelque chose d’un peu surréaliste à se rendre à la salle Fred-Barry cette semaine pour voir la nouvelle création du Théâtre de l’Opsis.

Au sommet de la montagne : là où histoire et fiction se croisent

Marquant la réouverture du Théâtre Duceppe après sa fermeture en décembre dernier, Au sommet de la montagne, première version québécoise jamais présentée de la pièce originale The Montaintop écrite par la dramaturge américaine Katori Hall et traduite de l’anglais en québécois par Edith Kabuya, se veut une fiction relatant les dernières heures de la vie de Martin Luther King. Porté à la scène par Didier Lucien, incarnant le célèbre personnage historique, et Sharon James, la mystérieuse femme de chambre qui lui sert de compagnie, le spectacle mis en scène par Catherine Vidal prend place dans la chambre d’hôtel 306, la nuit du 3 avril 1968, à Memphis, où le pasteur King s’affaire à préparer son prochain discours qu’il ne pourra malheureusement jamais livrer.

Quand nous nous serons suffisamment torturés : réflexion sur le pouvoir

Christian Lapointe a entamé un grand travail de réflexion lorsqu’il s’est attaqué à la pièce de Martin Crimp, When We Have Sufficiently Tortured Each Other. Présentée à Londres en 2019 avec Cate Blanchett en tête d’affiche, la pièce avait été sévèrement critiquée. Tandis que certains l’avaient trouvé ennuyeuse, d’autres lui reprochaient d’être offensante. Le metteur en scène et pédagogue québécois nous propose une version nuancée qui pose beaucoup de questions et qui propose une réflexion importante sur le pouvoir, les rôles genrés archaïques, le consentement et… les biais de l’auteur.

Limbo : Merci d’avoir assisté à ma conférence

Deux tables pliantes placées côte à côte, un pichet d’eau, des verres, de grands cartons et trois drôles de conférenciers qui attendent le bon moment pour commencer leur présentation. Sur quel sujet précisément? Il faut plusieurs minutes pour en discerner vaguement les contours tant leurs interventions ressemblent à des circonvolutions qui partent dans toutes les directions.

Blackbird : un face-à-face déroutant

Blackbird est, pour le moins qu’on puisse dire, une pièce bouleversante. Présentée au Périscope du 16 février au 5 mars 2022, cette production de L’Apex Théâtre nous plonge dans l’histoire insolite de Una et de Ray. Alors qu’elle était âgée de 12 ans et lui de 40, ceux-ci ont développé une relation amoureuse, jusqu’à ce que la famille d’Una et la police l’apprennent et que Ray soit envoyé en prison pour six ans. Mais voilà que, quinze ans plus tard, elle tombe sur une photo de lui dans un dépliant d’entreprise. Encore hantée par cette période trouble et éprouvante de son enfance, elle décide d’aller à la rencontre de celui qui fut, pour elle, à la fois son amoureux et son agresseur. Elle se rend sur le milieu de travail de Ray et le confronte; elle cherche à comprendre les intentions de cet homme avec qui elle a partagé son intimité. Una se remémore les moments qu’ils ont partagés ensemble et qui l’ont marquée à jamais. Elle tente de retracer ce qui les a liés.