Saison 3 – Épisode 1 – Laurence P. Lafaille

« (Les spectateurs-bébés) sont des poètes et des poèmes en soi »

Pour cette première émission de 2019, David s’entretient avec Laurence P. Lafaille, cofondatrice et codirectrice artistique de la compagnie Les Incomplètes, aux créations qui se situent au croisement des arts visuels et des arts de la scène. Laurence se définit, entre autres, comme une artiste « intéressée aux formes nouvelles, sensorielles, multidisciplinaires ».

Depuis la fondation de la compagnie en 2011, Laurence et ses complices, Josiane Bernier et Audrey Marchand, ont créé quatre spectacles (Édredon, Eaux, Terrier et Les matinées berçantes, nommé aux plus récents Prix de la critique de l’AQCT). Un cinquième prendra bientôt forme ; intitulé Depuis la grève, ce nouveau spectacle s’inscrira dans un nouveau cycle de création, celui des pêcheurs. Ce solo s’articulera autour de ces gens, ces femmes qui attendent le retour de leurs proches partis en mer. Un spectacle sur la solitude, la séparation, l’attente, le désespoir et l’espoir. Mais pourquoi avoir choisi de créer des spectacles pour jeune public, voire spécifiquement pour les bébés ?

«Ce qu’on aime, c’est cette liberté, cet aspect “sauvage”, cette sensibilité qu’ont les bébés qui reçoivent le spectacle vraiment par tout leur corps. (…) Ils sont dans l’émotion pure…»

La compagnie propose aussi des expositions, au nombre de cinq jusqu’à présent. « (Le but est de) développer des dispositifs sensoriels pour que les enfants puissent entrer en contact avec les oeuvres d’art de la collection (du MNBAQ) de façon totale ». Selon Laurence, les Incomplètes se donnent comme mission de « prolonger le plus longtemps possible cet état de contemplation (…) qui fait du bien dans le monde dans lequel on vit… On a envie que dans le temps et l’espace de la représentation, il se vive quelque chose de doux, de beau, de fort, de précieux entre les artistes, les enfants et les adultes, et ça, ça peut juste se passer dans le cadre d’une représentation théâtrale ».

Depuis cette année, Laurence est l’une des trois commissaires du Mois Multi. Elle s’occupe de la toute nouvelle programmation jeunesse. À ce propos, elle s’exprime largement comme ceci : « Il y avait un manque de spectacles jeune public sur la scène en art vivant à Québec. Des spectacles plus en marge, aux écritures nouvelles, multidisciplinaires, dans le champ des arts numériques, électroniques. Mes voyages (avec les spectacles des Incomplètes) m’ont permis de découvrir tellement d’oeuvres (jeunesse) qui auraient eu leur place au Mois Multi. J’ai donc proposé à l’interne, lorsqu’il a fallu redéfinir le mandat “commissarial” du festival, au départ d’Ariane Plante, un volet jeune public. »

Elle nous fait donc découvrir les quatre spectacles de sa programmation :

Alice bricolé, un spectacle style carte blanche créé spécifiquement pour le festival par Rude Ingénierie, à la frontière du ciné-concert, sur le thème d’Alice au pays des merveilles ; «j’avais envie de créer des rencontres, dont celle entre la compagnie Rude Ingénierie et le jeune public… (ce sera) extraordinairement jouissif» ;
Mile(s)tone, de Zonzo Compagnie (Belgique), présenté dans le cadre de la programmation des Gros Becs ;
Les grands-mères mortes, spectacle-installation de Karine Sauvé ;
Ersatz, du collectif Aïe Aïe Aïe (France), présenté en collaboration avec Casteliers, un spectacle «hors du commun, un univers près de l’alchimie qui questionne notre rapport à la technologie».

Et la plus belle chose ? «Pas besoin de s’emprunter un enfant ou un ado pour aller voir ces spectacles» ! L’invitation est lancé.

Bonne écoute !

Tagged: , , , , , , , ,